Avez-vous vu la jacinthe des bois ?

Avril a fait la fleur, Mai en a l’honneur ! Avez-vous vu la Jacinthe des bois, on l’appelle le muguet bleu, avec sa clochette bleue, rien que du bleu lunaire. Joli mois de Mai, mois des fleurs, la campagne est un jardin rêvé en nuances de vert frais…Mois des fées, mois des amours, de toutes…… Poursuivre la lecture de Avez-vous vu la jacinthe des bois ?

Que faire en novembre ?

Le « mois noir », Missiù dù, disent les Bretons. Il commence par la Toussaint, le jour des morts, et se termine par la Saint-André, jour des vampires. C’est tout dire.Durant tout ce temps, rôdent, errent le long des chemins, des fantômes, des korrigans, des poulpikans ; les sorcières sont de sortie, Baba Yaga sur…… Poursuivre la lecture de Que faire en novembre ?

Joli mois de mai

Ô doux printemps, ta jeune épouse, En souriant à tes amours, Pour tes pieds nus sur la pelouse Tisse un vert tapis de velours.— Robert Dutertre, le mois de mai Plat du jour : Écrire quelques pages, les semer… Lorsqu’Éole a, dans leur caverne, Renfermé les tristes autans Admirer la beauté et la senteur du…… Poursuivre la lecture de Joli mois de mai

Bonjour Mai !

Exp.éditions imaginaires a planté les racines de jolis livres illustrés, Mai pourra les feuilleter… Mai ! Mois des fleurs, des fées, mois des amours, de toutes les promesses de récoltes. C’est le plus heureux des mois, le plus fêté, le plus chanté, le plus souhaité, le bien-aimé… Il est le printemps, la fleur nouvelle. «…… Poursuivre la lecture de Bonjour Mai !

Cloches naïves du muguet !

Cloches naïves du muguet,Carillonnez ! car voici Mai ! Sous une averse de lumière,Les arbres chantent au verger,Et les graines du potagerSortent en riant de la terre. Carillonnez ! car voici Mai !Cloches naïves du muguet ! Les yeux brillants, l’âme légère,Les fillettes s’en vont au boisRejoindre les fées qui, déjà,Dansent en rond sur la…… Poursuivre la lecture de Cloches naïves du muguet !

Quand le printemps venait…

Quand le printemps venait, même le faux printemps, il ne se posait qu’un seul problème, celui d’être aussi heureux que possible. Rien ne pouvait gâter une journée, sauf les gens, et si vous pouviez vous arranger pour ne pas avoir de rendez-vous, la journée n’avait pas de frontière. C’étaient toujours les gens qui mettaient des…… Poursuivre la lecture de Quand le printemps venait…