Catégories
En passant

Il y a encore des veilleurs

Elle témoigne sans mâcher ses mots

En parlant de l’info elle dit :
« C’est un méli mélo ou on dit tout et rien, sans aller au bout des choses. »
Marceline Loridan-Ivens l’une des dernières survivantes d’Auschwitz encore en vie tente de témoigner pour faire bouger les choses. « Mais je le fais sans illusion », précise-t-elle.
« Est-ce que les Français seraient descendus dans la rue s’il n’y avait eu que des victimes juives début janvier ? »
C’est vrai que les Français ne sont pas descendus dans la rue lors de la tuerie de l’école juive de Toulouse, en mars 2012.
Mais il est vrai aussi que nous pourrions descendre en permanence dans la rue, y camper directement même, tant il y a à dire sur les souffrances, les inégalités, les injustices…, mais elle a raison on pourrait se manifester plus souvent surtout avec les moyens de diffusion à notre disposition aujourd’hui. Si le peuple se soulevait avec puissance à chaque dérive, à chaque insulte, à chaque injustice, à l’image de cette vague humaine pendant les matchs de football, en la multipliant, peut-être que les choses iraient dans un meilleur sens. Pris dans nos vies, nos factures, notre boulot, les courses, les enfants, les fins de mois, on laisse faire, on a tendance à déléguer et à se dire que ca s’arrangera sans nous. Sauf que ca s’arrange pas. Alors à l’exemple de cette femme courageuse de 86 ans exprimons-nous tous à chaque fois que quelque chose nous choque, nous bouleverse, nous met en colère, pour faire tomber tous ces empires infestés par la vermine et tenter d’offrir aux futurs générations un monde digne, construit sur des bases saines avec les valeurs que nous défendons si chèrement, liberté, égalité et fraternité.
Merci de rester éveillée, Marceline Loridan-Ivens.

Une réponse sur « Il y a encore des veilleurs »

Commentaires fermés