Les habitants de la nuit

Dialogue de plumes

Posés sagement sur leur perchoir, les oiseaux de nuit me regardaient avec indulgence.

L’aigle, c’est le génie ! Oiseau de la tempête,
Qui des monts les plus hauts cherche le plus haut faîte ;
Dont le cri fier, du jour chante l’ardent réveil ;
Qui ne souille jamais sa serre dans la fange,
Et dont l’œil flamboyant incessamment échange
Des éclairs avec le soleil.

— Victor Hugo, Odes et Ballades

Photographie ©Marie an Avel, Fête de l'été à Vannes

Par Marie an avel

Autrice indépendante. J'écris et je publie des livres illustrés : jeunesse, adulte, livre audio.

%d blogueurs aiment cette page :