Catégories
Portés à l'écran

Au bonheur des Ogres

Benjamin l’aîné d’une adorable fratrie plutôt décalée en a également la charge puisque leur mère a le don de partir à chaque fois qu’elle tombe amoureuse, laissant tous ses enfants sous son entière responsabilité. Benjamin prend son rôle de soutien de famille très à coeur même s’il passe pour un imaginatif lunaire et rêveur

Bienvenue dans la drôle de famille Malaussène

Au bonheur des Ogres

Benjamin  l’aîné d’une adorable fratrie plutôt décalée en a également la charge puisque leur mère a le don de partir à chaque fois qu’elle tombe amoureuse, laissant tous ses enfants sous son entière responsabilité. Benjamin  prend son rôle de soutien de famille très à coeur même s’il passe pour un imaginatif lunaire et rêveur, il a le don de transformer la réalité en un délire coloré pour le plus grand plaisir de toute sa tribu, c’est un magnifique raconteur d’histoire,  mais il a aussi un  travail sérieux et rémunérateur, (il est vrai un peu particulier). Il est « Responsable technique » dans un  grand magasin. Non, en réalité il est « bouc émissaire » du service après vente : il est payé pour prendre de copieuses engueulades lorsqu’un client vient se plaindre. On assiste alors à une admirable mise en scène ( d’ irrésistibles scènes comiques et une ­galerie de portraits remarquablement choisis défilent sous nos yeux plissés de rire) tout cela dans le but que le client ne porte pas plainte.
les trois acteursAu milieu de ce quotidien qui ne manque pas de fantaisie, de mystérieuses explosions sévissent dans le magasin, faisant plusieurs victimes. Benjamin qui se trouve à chaque fois non loin de la catastrophe va devoir une nouvelle fois faire le bouc émissaire. Mais là l’affaire n’est plus du tout comique. Grâce à une journaliste têtue et énergique, et qui n’a pas l’intention de s’en laisser conter, il va malgré lui se lancer dans une enquête et avec son aide essayer de prouver son innocence. Pour se faire, l’ensemble de la tribu familiale va participer activement, créant des situations cocasses et touchantes.

Un délice, un régal, un film de pur plaisir …
La magie du film nous emporte …

Raphaël Personnaz en benjamin lunaire est irrésistiblement drôle. On croit sans sourciller à sa fantaisie et à son drôle de métier de bouc émissaire. C’est la grande idée du livre et le film en garde toute la saveur. L’exubérance de la tribu Maulaussène est la face lumineuse du récit. Le coté sombre, les attentats sanglants et les disparitions d’enfants sont relégués à l’arrière-plan. Cependant  l’ombre est bien présente. Est-il réellement nécessaire d’en montrer plus pour comprendre l’histoire. Le réalisateur a réussi à faire passer le message sans alourdir le propos et ouvre ainsi le film à un grand nombre de spectateurs. C’est une grande réussite.

J’ai ri, éclaté de rire, je me suis amusé, j’ai déjà envie de revoir le film, de le partager.
Il y a une belle énergie de la part des comédiens, tous parfaits dans leurs rôles, une grande drôlerie et un charme incontournable des enfants. Une famille excentrique, débordante de fraîcheur et de charme, une famille solidaire, forte, soudée, pleine de cet amour qui donne des ailes à la vie ( même si tout n’est pas si rose et que les ogres ne sont pas loin…). Un bol de fraîcheur que je reprendrais bien chaque matin.
Nicolas Bary a choisi de mettre en avant le bonheur, les « Ogres » ont eu la deuxième place. Un metteur en scène qui mise sur la joie et la fantaisie dans nos salles de cinéma remplis d’hémoglobine et de violence,  je lui fais ma révérence.

Au bonheur des Ogres Au bonheur des Ogres, roman de Daniel Pennac paru en 1985 chez Gallimard , est le premier livre mettant en scène la famille Malaussène. Cette famille bien étrange sur plusieurs aspects est surtout liée par un amour inconditionnel de ses membres les uns pour les autres, même si cela se passe dans un environnement farfelu. L’écriture de Daniel Pennac est un vrai plaisir. A chacune de ses pages, on sourit d’attendrissement pour les différents protagonistes, on sourit de plaisir tellement les jeux de mots sont drôles, on éclate de rire tellement les situations sont cocasses. Au Bonheur des Ogres est un concentré de fantaisie, de loufoquerie, un roman absolument captivant.

Nicolas Bary - Daniel Pennac

Enregistrer